Singapour, jeudi 8 mars 2012 (J+206) - épisode culture

Publié le par journaldebordmadeinsingapour

Retour hier d’une semaine au Cambodge à la découverte des temples d’Angkor.
Un peu de culture avant le off des vacances avec les beaux-parents… P1090661red.jpg
La région d’Angkor était le centre de l’immense empire khmer qui régna sur l’Asie du Sud Est du IXe au XVe siècle. Il n’en reste aujourd’hui que des ruines situées dans les forêts au nord du lac Tonlé Sap, au centre du pays, en bordure de la ville de Siem Reap. Ces ruines sont classées au patrimoine mondial de l’UNESCO et sont considérées comme l’une des 7 merveilles du monde.
Petit résumé wikipediesque : L'empire khmer est fondé au début du IXe siècle par Jayavarmann VII. La puissance d’Angkor se base sur d’énormes travaux d'aménagements hydrauliques qui seront la clé de la prospérité de la région pendant plusieurs siècles. Le royaume khmer à son apogée dominait la région de la Birmanie au Viêt Nam.
Sa capitale, Angkor, comptait pas moins de 750 000 habitants et couvrait une superficie d'environ 1 000 km². Les constructions les plus vastes (et les plus visitées) comme l'enceinte d'Angkor Thom et le Bayon, puis le Ta Prohm, le Preah Khan, et leurs tours en forme de lotus ou ornées de gigantesques visages du Bouddha souriant, sont construites successivement pendant le XII
e siècle. Angkor Vat en est le temple le plus sophistiqué et il est aussi le plus vaste monument religieux du monde. Ces palais sont construits sur le principe des temples-montagnes, configuration caractéristique de la cosmologie hindouiste. Ces temples-montagnes adoptent une symbolique du mont Meru, comme axe du monde et séjour mythique des dieux.
Les spécialistes ont avancé de nombreuses explications quant au déclin rapide du royaume d’Angkor à la fin du XVe siècle. La plus probable est qu’Angkor aurait été condamnée par cette même ingéniosité qui fit sa puissance. La civilisation khmère avait appris l'art d'apprivoiser les déluges saisonniers de l'Asie du Sud-Est, en stockant l'eau dans d'immenses réservoirs pour éviter les inondations et la restituer en période de sécheresse. Mais elle perdit le contrôle de l'eau, la plus vitale des ressources, entraînant ainsi son déclin. Des sécheresses sévères et prolongées, ponctuées par des pluies torrentielles, auraient anéanti ce système hydraulique et la civilisation qui allait avec. Le pouvoir se déplaça vers Phnom Penh, au XV siècle,
après une période de moussons irrégulières, puis au profit du royaume thai.
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article